Créé en 1993, l'Atelier du Laurier Rouge a donc plus de 20 ans et a déjà pu accueillir en stage ou en formation plusieurs milliers de personnes, venant de toute la France, d'Europe et même de terres beaucoup plus lointaines. Une belle expérience à partager ! En cliquant sur n'importe quelle photo, vous accédez au site Internet de l'Atelier. Bonne visite...

vendredi 16 octobre 2015

Les matériaux du dessin : la sanguine





La sanguine

La sanguine est constituée par une terre de couleur rouille que l'on trouve notamment dans le centre de l'Italie. Elle constitue un des plus anciens matériaux pour le dessin. 

Un véritable travail à la sanguine donne des résultats de transparence et de volume impossibles à obtenir avec les autres médiums. 

La sanguine, argile ferrugineuse compacte, est vendue sous forme de morceaux que l'on peut utiliser brute, taillée en pointe et fixée sur un porte-mine spécial. La sanguine artificielle, faite d'oxyde de fer et de chaux se présente quant à elle sous forme de crayons ou de bâtonnets carrés. 

Il est conseillé d'essayer les sanguines chez le marchand avant de les acheter, les textures variant énormément, ainsi que les couleurs, de la plus claire à la plus foncée. Attention : certains magasins vous vendent pour des sanguines des crayons qui sont en fait des pastels. Ceux-ci déposent une poussière colorée sur la papier, alors que la vraie sanguine "colle" au support.


Souvent utilisée sur des papiers de couleur, les artistes pratiquent alors ce que l'on appelle les "rehauts de blanc", touches de gouache ou de craie blanche destinées à accentuer la lumière. On peut mélanger la sanguine à la pierre noire également. 

La sanguine, très fragile, ne se taille qu’au cutter.

En illustration : en haut, "Dessin Botanique" (détail), plus bas "La Chercheuse d'Esprit" (détail) de Catherine Mazarguil, réalisés à la sanguine sur papier Canson et sur papier coloré, avec rehaut de blanc.